Dans ce tutoriel nous allons voir comment faire un ebook au format ePub avec Indesign CC.

Créer un ebook avec indesign vers le format ePub peut sembler au premier abord compliqué. Pourtant en suivant quelques étapes, on peut obtenir rapidement un ePub de qualité. Ce tutoriel est réalisé à partir d’Indesign CC, la plupart des actions sont réalisables sur des version plus anciennes d’Indesign (CS6), même s’il est conseillé d’utiliser une version récente d’Indesign pour créer des ePub.

Structurer son document avec les styles de paragraphe

Cette première étape est cruciale. A chaque paragraphe avec un style différent vous devez créer un style de paragraphe. Sinon vos modifications de style risquent d’être perdues et votre travail sera grandement compliqué si vous devez à posteriori éditer le style CSS de l’ePub. L’application correcte des styles permet également de générer proprement la table des matières.

Appliquer des styles de paragraphe au titre

A chaque niveau de titre doit correspondre un style de paragraphe spécifique. Par exemple, si vous avez des chapitres 1, 2 et 3 ils doivent posséder le même style de paragraphe. En cas de sous titre, vous devez leur appliquer un autre style.

Dans les options de style de paragraphe, dans exportation du style de balisage on applique au titre de niveau 1 la balise h1, aux sous titres la balise h2 et ainsi de suite. Et on coche fractionner le document ePub pour le niveau de titre 1, ce qui permettra de fractionner le document lors de l’exportation vers le format ePub.

Options permettant de baliser les titres d’un ouvrage en vue de son exportation.

L’application des styles de paragraphe va servir à générer la table des matières. L’application du style de balisage h1, h2 sera utile lors de la dernière étape de la création de l’ebook quand on convertit le document indesign vers le format ePub, ainsi ces balises seront appliquées aux titres. Les lecteurs ePub comprendront donc bien qu’il s’agit d’un titre ce qui a des conséquences sur la bonne application du style de titre et sur sa bonne lisibilité, en particulier si le texte est converti en parole pour des personnes malvoyantes notamment.

Ces deux étapes peuvent paraître chronophage au premier abord mais elles vous feront gagner du temps et de la qualité de rendu une fois intégrées dans votre flux habituel de travail.

Les styles de paragraphe

Les styles de paragraphe doivent être utilisés pour préparer la mise en page de votre document en vue de sa conversion.

Dans cette optique, une bonne pratique doit particulièrement être intégrée à votre flux de travail : ne plus utiliser de sauts de ligne (touche entrée) pour créer des espaces supplémentaires entre vos titre, vos paragraphes, etc. Les alinéas générés de cette manière seront perdus lors de la conversion au format ePub. Pour créer des alinéas, vous devez appliquer une marge à votre style de paragraphe.

Les options de retrait et espacement pour gérer notamment les marges dans l’EPUB.

De la même manière, tous les styles doivent être appliqués via les options de style de paragraphe : retrait en début de paragraphe, lettrine, police de caractère, couleur du texte (n’oubliez pas de tester sur les écrans noirs et blancs les caractères en couleur pour vous assurer de leur lisibilité), taille des caractères, style du caractère etc.

Comment appliquer des styles de paragraphe dans Indesign en vue de son exportation au format EPUB

Les polices

Le choix des polices est important pour une mise en page soignée. Cependant lorsqu’il s’agit de travailler avec le format ePub à partir d’Indesign certaines polices peuvent générer des erreurs.

Voici plusieurs raisons :

– Vos polices doivent être de type Open Type Font (OTF) selon les spécifications ePub 3. Les polices Indesign en True Type peuvent donc générer des erreurs lors de la conversion.

– Certaines polices incluses dans Indesign n’ont pas de licence numérique, elles ne seront donc pas exportées, vous recevrez alors un message d’information de la part d’Indesign. Vous devrez trouver une police proche soit dans Indesign soit sur le web au format OTF.

– Lors de la conversion pour les polices en gras, Indesign ne les convertit pas toujours en font-weight:bold; mais parfois en font-weight:600; Ca peut générer des erreurs sur certains lecteurs. Idem pour les petites majuscules font-variant:small-caps; qui ne fonctionnent pas sur tous les lecteurs d’ePub.

Pour aller plus loin dans le choix des polices on vous conseille cet article « Guides polices ePub ».

Les images

Le traitement des images est la partie la plus complexe pour la création d’un ePub.

Dans indesign, on peut avoir deux cas de figure :

– Vous utilisez uniquement le fichier Indesign pour créer un livre numérique, dans ce cas là vous pouvez insérer votre image directement dans un bloc de texte et lui appliquer un style de paragraphe créé à cet effet pour centrer l’image. Pour appliquer une légende, vous ajoutez le texte de la légende sous l’image avec un style qui lui est propre.

– Votre fichier indesign sert à la création d’un livre papier et numérique. Dans ce cas là, vos images ont été appliquées comme des objets. Elles ne seront pas traitées exactement de la même manière lors de la conversion. Vos images doivent alors être liées au bloc de texte correspondant, sinon elles finiront en fin de chapitre ou de document lors de la conversion. Vous devez créer un bloc texte sous l’image et le lier à l’image si vous souhaitez ajouter une légende.

Le traitement de la couverture sera différent.

Les notes de bas de page

Les notes de bas de page pour être correctement converties doivent être insérées avec l’option « insérer une note de bas de page » dans Indesign ou « insérer une note de fin » selon le cas.

Insertion d’une note de bas de page

Si vous choisissez la première option, lors de la conversion vos notes iront en fin de chapitre si vous scindez l’ouvrage lors de la conversion.

Dans les deux cas, cette opération permet de rendre les notes cliquables dans votre ePub, ce qui est nécessaire. Un style de paragraphe propre aux notes sera généré par Indesign.

Si vous importez un document en provenance de Libre Office ou Word, les notes seront reprises, par contre il arrive que le style de paragraphe dans Indesign ne soit pas repris, vérifiez bien que vos notes ont toutes le même style de paragraphe avant l’export en ePub.

La table des matières

La table des matières est une fonctionnalité essentielle d’un ePub. On fait une distinction dans l’ePub entre la table des matières par défaut, c’est à dire celle qui suit l’utilisateur tout le long de sa lecture et qu’il peut afficher quand il le souhaite, et la table des matières intégrée qui se situe sur une page de l’ebook qui va aider l’utilisateur à percevoir la structure générale de l’ouvrage.

Sans la table des matières par défaut, l’utilisateur peut rencontrer des problèmes pour circuler d’un chapitre à l’autre s’il le souhaite, n’oublions pas qu’il ne peut pas feuilleter rapidement l’ouvrage comme cela est possible sur papier.

Dans Indesign, pour générer proprement une table des matières pour l’ePub il faudra la générer à partir des options de style de table des matières et non pas de manière manuelle.

La génération de la table des matières va se faire en trois étapes :

1) Il faut que vos titres de chapitre aient un style de paragraphe qui leur soit propre et un style pour chaque niveau ainsi qu’on l’a vu dans la section « Appliquer un style de paragraphes titre »

2) Vous allez paramétrer les styles de la table des matières en allant dans le menu « page » puis « Styles de table des matières ». Vous appuyez sur « Nouveau… » et vous complétez la fiche. Voici un exemple d’une fiche ci-dessous.

Configuration de la table des matières dans Indesign

Style de table des matières => Pour nommer votre style

Titre pour l’avoir en français et vous pouvez lui appliquer un style pour la table des matières intégrées.

Inclure les styles de paragraphes => c’est ici que vous ajoutez vos niveaux de titre. Dans l’exemple heading1 correspond à mon style de titre pour les chapitres. Je pourrais ajouter un heading2 pour un second niveau etc.

En dessous j’ai des options de style pour la table des matières intégrées. Pour l’ePub on enlève le numéro de page.

Puis vous cliquez sur ok.

3) Si vous souhaitez insérer la table des matières dans le document, il faut à présent aller dans le menu « page » puis « table des matières » et cliquez sur ok. Glissez la table des matières là où vous la souhaitez.

La table des matières par défaut sera pour sa part générée lors de l’export vers le format ePub.

Autres réglages

On vient de parcourir les options courantes pour préparer son document Indesign en vue d’une conversion au format ePub à savoir la manière d’appliquer les styles de paragraphe et leur importance, la manière de traiter les images, l’insertion des notes et la génération de la table des matières. Certains ouvrages sont plus complexes ou ont été générés en vue d’une version papier au préalable, des éléments peuvent générer des erreurs lors de la conversion ou vous pouvez vous interroger sur la façon dont ils vont être traités lors de la conversion en ePub.

La pagination

La notion de nombre de pages est différente dans l’ePub. Elle varie selon la taille des écrans. Il n’existe pas un nombre de pages fixes dans un ePub. Toute référence à un numéro de pages doit être enlevée dans un livre numérique de taille variable : dans la table des matières, dans les index, à l’intérieur de l’ouvrage etc. Les références doivent être remplacées par des liens via les options d’optimisation que l’on a vu ou ci-dessous pour les index et les gabarits.

Les index

Si vous avez des index, le numéro de la page ne pouvant être utilisé vous devez les générer à partir des options de création d’un index dans Indesign via le menu « Fenêtre » puis « Texte et tableaux » et index.

Les gabarits

Pour configurer une mise en page aboutie pour l’affichage des pages ou des sections on utilise les gabarits dans indesign. Pages et sections ne seront pas reprises de la même manière dans un ePub. Elles seront gérées par les lecteurs d’ePub :

– Le nombre de pages va donc varier et elles sont parfois affichées en pourcentage ou de manière graphique dans une barre d’avancement.

– Certains lecteurs d’ePub indiquent en haut ou en bas de l’ouvrage le nom du chapitre en cours de lecture. Vous devez appliquer correctement les styles de titre pour cela et bien générer la table des matières.

Si vous n’avez pas utilisé les gabarits et que vous avez inséré directement les informations de numérotation dans les pages de l’ouvrage, à ce moment là vous devrez les supprimer avant l’exportation car elles risquent de mal s’afficher et de perturber la qualité et la lecture de votre ebook.

Les césures

Indesign gère automatiquement les césures pour les paragraphes. Ces options seront reprises lors de l’export. Il faut à tout prix éviter de faire des césures manuellement comme cela se fait parfois pour les ouvrages papiers. La mise en page d’un ePub est variable (dans le cas qu’on étudie) en cas de césure manuelle le tiret sera mal placé et votre mot coupé.

Les espaces insécables

Indesign n’a pas toujours bien géré les espaces insécables pour la conversion vers le format ePub, les anglo-saxons n’ayant pas les mêmes règles typographiques. Ils sont mieux gérés dans Indesign CC. Si certains espaces insécables sont cependant absents pour pourrez les configurer en éditant votre ePub avec par exemple Sigil à l’aide d’un recherche remplace. Le code ASCII pour l’espace insécable est :  

L’export au format ePub

Nous voici donc à la dernière étape dans Indesign pour créer notre ebook au format ePub. Tous les éléments vus plus hauts permettent de faciliter la génération finale de l’ePub et de nous éviter d’avoir à éditer l’ePub en dehors d’Indesign ce qui peut vite se révéler très fastidieux et générer des erreurs.

Le choix du format ePub

Pour exporter mon fichier Indesign vers le format ePub, il faut aller dans le menu « Fichier » puis « Exporter… ». Dans le menu déroulant choisissez « ePub redistribuable » ou fixe si vous souhaitez faire de l’ePub en taille fixe dont la taille ne variera pas selon la taille des écrans. Pour un roman préférez le format redistribuable (« reflowable » en anglais), il pourra ainsi être lu autant sur téléphone, que sur liseuse ou sur l’écran d’un ordinateur.

Les options d’exportation

Une fois le format choisi, la fenêtre d’information ci-dessous s’ouvre.

Les options d’exportation

Version

Vous avez le choix entre l’ePub 3 et l’ePub 2. Préférez la version 3 qui est stable à présent, Indesign CC inclut des règles de rétrocompatibilité avec l’ePub 2, votre ePub sera ainsi lisible sur les lecteurs plus anciens.

Couverture

Pour la couverture, vous avez plusieurs choix possible, de pas en mettre, de pixelliser la première ou d’ajouter une couverture via un fichier. Pour une bonne qualité la troisième option est la meilleure.

Table des matières

Dans style de table des matières sélectionnez le style que vous avez créé précédemment, il permettra de générer la table des matières par défaut.

Contenu

Dans notre cas on sélectionne « D’après la mise en page ». Si vous avez différents blocs dans les chapitres veillez à ce qu’ils soient bien chaînés entre eux, sinon ils risquent de se retrouver en fin de document.

Fractionner le document

Dans le chapitre de l’article consacré aux styles des titres (ajouter lien) on a vu la manière d’insérer une balise d’exportation. Celle-ci permet à Indesign de fractionner le document au niveau de la balise lorsqu’on coche ici l’option « A partir de balises d’exportation de style de paragraphe ». On obtient ainsi un fractionnement plus fin qu’avec le fractionnement selon un seul niveau de titre. Car ces balises ne sont pas limitées aux styles de titre de niveau 1.

A gauche plusieurs autres onglets sont disponibles.

Onglet texte

Permet de configurer l’affichage des notes de bas de page et des listes. On laisse généralement les options par défaut.

Onglet Objet

Pour configurer l’exportation des objets. Idem, on laisse généralement les options par défaut.

Onglet paramètres de conversion

Vous permet de configurer la qualité et le format des images converties. Vous avez notamment la possibilité de baisser la résolution, elle est par défaut à 150. Si vous avez beaucoup d’images vous serez peut être forcés de baisser la résolution à 72. Il faut éviter d’avoir des fichiers ePub trop volumineux, pour ne pas remplir la mémoire d’appareils peu dotés (téléphone mobile notamment) et en auto édition certaines plate formes font varier les commissions selon le poids du fichier (Kindle KDP par exemple).

Onglet HTML et CSS

Vous pouvez laisser les options par défaut ou ajouter votre propre feuille de style CSS, ce qui a du sens notamment pour un affichage optimal des images et de la couverture.

Onglet Javascript

Pour ajouter un fichier Javascript qui va permettre des animations par exemple.

Onglet Métadonnées

Cet onglet doit être rempli avec attention. Les métadonnées sont importantes pour le bon référencement de votre ePub dans les librairies en ligne. Certaines données, telles que l’ISBN ne peuvent pas être remplies via Indesign, elles devront l’être via un éditeur d’ePub ou en lien avec votre diffuseur.

Onglet affichage des applications

Cet onglet vous permet de choisir votre lecteur d’ePub par défaut et de l’ouvrir une fois la conversion finie.

Uns fois toutes les options choisies et remplies, vous pouvez lancer la conversion en cliquant sur Ok.

Vérifier l’ePub

Votre travail de création de votre ebook avec Indesign ne se finit à ce stade là.

Il reste deux étapes importantes :

– Vérifier votre ePub sur différents lecteurs d’ePub. La mise en page peut en effet différer selon les lecteurs, en particulier quand vous travaillez sur Mac, l’application iBooks affichant bien mieux les ePub que la plupart des autres lecteurs d’ePub. Testez donc sur plusieurs formats d’écran, avec plusieurs logiciels et plusieurs systèmes d’exploitation. Vous pouvez consulter notre liste des logiciels de lecture d’ePub.

– Validation de l’ePub. Votre ePub doit nécessairement passer cette étape sinon il sera refusé sur les plate formes de diffusion. On vérifie la validité d’un ePub à l’aide d’ePubCheck. Vous pouvez consulter notre tutoriel sur l’utilisation d’ePubCheck.

Si tout est bon, vous pouvez donc lancer sa diffusion avec la méthode de votre choix. Si vous voyez des erreurs avec ePubCheck ou sur certains lecteurs, vous devrez éditer l’ePub, soit avec Indesign pour les options de mise en page simple ou avec un éditeur d’ePub (généralement Sigil). Pour éditer un ePub avec Sigil, voici notre tuto.

Créer un ebook aux formats Kindle avec Indesign

Le format ePub n’est pas accepté par les liseuses Kindle. Amazon développe ses propres formats propriétaires, le format ePub étant pour sa part un format libre.

Il n’existe pas d’options natives dans Indesign pour exporter à un des formats acceptés par les liseuses Kindle.

La meilleure méthode consiste à générer votre ePub et une fois achevé vous pouvez le convertir à l’aide de l’outil d’amazon Kindle Previewer. Cet outil permet notamment d’avoir un aperçu de l’ouvrage sur les différents logiciels de lecture Kindle.

Formation à la création d’ebook avec Indesign

Pour aller plus loin dans la création d’ebook avec Indesign au format ePub, Numipage propose des formations destinées aux éditeurs ou aux maquettistes reprenant la trame de cet article avec un accompagnement personnalisé.

Voir l’offre de formation « Créer un ebook avec Indesign »

Pour aller plus loin avec Indesign

ebook indesign
Ouvrage très complet abordant l’usage d’Indesign autant pour de la création papier que de la création numérique.
indesign cc ebook
Usages et cas pratiques d’Indesign dans une version récente. Pour la publication papier et numérique.
Une fin d'année dense

Une fin d'année dense

Octobre Novembre sont deux mois riches en actu dans l'édition numérique. Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les principales actus et les principaux événements.

Inscription réussie