Google a Google Arts et Culture, Apple les e-albums de musées. Les géants américains se sont créés
une véritable place dans le monde de la culture.

Fragonard, Rodin et Gauguin dans votre poche

Musées et lèche-vitrine

Le charme du musée tient pour beaucoup non seulement de la visite en elle-même, mais aussi du
passage par la boutique qui en clôt le sens. Mugs qui reproduisent La Joconde, marque-pages arborant
fièrement la Vénus de Botticelli, autoportraits de Van Gogh imprimés çà et là… De nombreux types
d’objets remplissent les étagères, mais l’offre principale est littéraire, parfois éditée par les musées
eux-mêmes : albums jeunesse (comme la collection « Français d’ailleurs » – une collaboration entre
les éditions Autrement et le Musée de l’histoire et de l’immigration), catalogues d’expositions (Andy
Warhol – Pop identities
ou encore Les Louvre de Pablo Picasso) et beaux-livres constituent une part
de la production éditoriale fleurie des musées.

klim essentiel livre
Klimt. L’essentiel : un livre-coffret de 192 pages, publié par les éditions Hazan et écrit par Valérie Mettais est vendu sur la boutique en ligne de la Rmn-Gp.

Visiter depuis son canapé

Si tous ces exemples paraissent un peu classiques, les musées se sont aussi diversifiés,
notamment à travers l’utilisation du web. Maniable, protéiforme, enrichi : le format
numérique est devenu un véritable terrain de jeu pour les éditeurs, qui se permettent de faire
quantité de tests et expérimentations.

joue avec Paul Cézanne app
Joue avec Paul Cézanne, une appli jeunesse pour découvrir les œuvres du peintre provençal

En effet, les documents numériques publiés par les musées ne sont pas exactement
homothétiques à leur format papier. Généralement, les textes sont enrichis de liens, sons et
vidéos ou au contraire sont réorganisés en prenant en compte les éléments constitutifs du
format numérique. L’e-album est généralement une version plus courte et plus sélective que
le catalogue d’exposition.

Comme le définit Thomas Bijon, éditeur numérique de la Rmn-Gp, le livre d’exposition
numérique est à « l’intersection de l’univers du beau-livre et de celui du magazine d’art » («
Entretien avec Thomas Bijon, responsable d’édition numérique à la Réunion des musées
nationaux-Grand Palais », dans SAEMMER Alexandra & TREHONDART Nolwenn (dir.),
Livres d’art numériques : de la conception à la réception, p. 99.).

Apple, plaque tournante du marché

Le marché du e-album est en très grande partie dominé par Apple. En effet, ce dernier a
largement investi dans ce domaine ; aussi, la majorité des e-albums qui sont publiés le sont
au format Apple et sont en vente sur la plateforme de vente Apple Store. Dans la chaîne de
production des e-albums, Apple intervient à toutes les étapes ou presque :

  • Format iOS de l’application,
  • Plateforme de vente Apple Store,
  • Production des tablettes et téléphones nécessaires à la lecture des format iOS.

De cette manière, Apple contrôle une énorme part du marché des e-album et intervient très
en amont dans la chaîne de production. Cela n’empêche pas les musées de tenter des formats
plus ouverts et de produire des formats Android, avec moins de succès cependant.

Un monopole réducteur pour les musées

Un problème que pose cette hégémonie d’Apple sur le marché, c’est qu’il le réduit par la même occasion. En effet, si pour feuilleter et acheter un e-album il est nécessaire de posséder
une tablette ou un téléphone de la marque, le marché se concentre sur les utilisateurs et utilisatrices d’Apple, en occultant le reste de la population.

mon musée imaginaire couv
Mon musée imaginaire ou les chefs d’œuvre de la peinture italienne de Paul Veyne, l’un des
premiers e-albums au succès retentissant

Les intérêts du e-album sont multiples et Apple l’a très bien compris : outre la qualité
d’images très haute avec possibilité de zoomer sur les détails, c’est aussi un document plus
ludique et plus interactif que le seul catalogue d’exposition, très compact et complet.

Néanmoins, bien qu’Apple soit en position monopolistique, certains musées publient
également leurs e-albums au format Android et disponibles depuis l’application Play Store.

Reste à savoir si les maisons d’édition traditionnelles, particulièrement celles qui produisent
déjà des livres numériques, vont décider de prendre le créneau et proposer leurs services aux
musées qui le souhaitent.

Article écrit et proposé à Numipage par deux étudiants de l’ENSSIB : Marion Braud et Aemil Querre.

Conseils et bons plans

Conseils et bons plans

Inscrivez-vous pour suivre mensuellement les évolutions technologiques dans la culture, l'édition, les NFTs...

Inscription réussie